Qui Sommes-nous ?

RATURE est un média culturel. Il est tenu par des articles de fond, d’analyse, de décryptage, d’enquête sur la culture et divers, y compris l’actualité urbaine.

Le monde est fait de ressources importantes, inexploitées, ignorées pour la plupart et non mis en exergue aux yeux du monde. Nous sautons sans cesse de nouveauté en laissant mourir des traces importantes et des non-dits ; ces traces, c’est que nous appelons RATUREs.

L’idée est de montrer cette richesse dont nous jouissons à travers ce canal, de montrer aussi le lifestyle derrière et tout le show bizness derrière cette activité au cœur de la culture de toutes les nations.

Slogan : RIEN NE S’EFFACE, TOUT SE RATURE.

Les adjectifs qui nous définissent : l’exclusivité, la sélectivité et la qualité.

Les fondateurs

SEIBOU Kadri, acteur culturel 

seibou kadri 

“Le monde de l’art m’a toujours passionné. Mon enfance a été bercée en grande partie par la musique et la danse. Ces deux passions, je les ai pratiquées sans toutes fois les pousser loin. Au collège, j’alternais études et danse et au lycée, je découvre ma passion pour l’écriture en écoutant en majorité le rap français. Les romans n’étaient pas les formats qui m’intéressaient le plus à cet instant. Je me perdais dans les voix des artistes tels que Youssoupha, Kery James, Soprano, la fouine, Booba ou encore Black Kent. Le dernier a eu un impact fort sur mon écriture”. 

En 2020, j’ai travaillé sur le volet digital MTV Base Afrique francophone. Chercher et communiquer sur les nouvelles sorties en zone francophone en Afrique, telle était ma fonction sous la supervision de Magali Palmira Wora. Elle est une actrice culturelle très influente en Afrique. Expérience enrichissante, mais aussi révélatrice du grand défi auquel nous sommes confrontés en tant qu’acteur culturel appartenant à la zone francophone en Afrique.

L’Afrique francophone accuse un retard remarquable sur la zone anglaise du continent. Pour ces pays, nous n’existons même pas. Sur leurs médias, nous n’occupons même pas 5 % de leur playlist alors que sur les nôtres, ils occupent plus de 70 % de nos programmes musicaux. Difficilement, nous passons en télé sur MTV Base, mais facilement, ils passent en boucle sur nos médias ; c’est aussi ça, le soft power.

Fabrice Sawegnon disait qu’il faut qu’on reprenne le contrôle de nos médias. Je pense fortement que seulement lorsque nous serons à ce niveau de conscience et d’accomplissement, on se fera respecter.

Ayant travaillé pour les plus grands médias culturels en Afrique francophone, comme Panafrican Music, Blue diamond Tv, j’ai décidé de prendre parole en décidant de comment je pouvais aussi contribuer, à ma façon, à l’essor culturel de l’Afrique.

C’est ainsi qu’en cette même année, je mets en place le média Rature avec mon collaborateur Samuel KARIYIARE. Le but est de mettre en lumière les traces de notre culture si souvent oubliées au profit de l’actualité et de l’info buzz.