Chers Raturiers, aujourd’hui nous allons remonter le temps et nous intéresser à un sujet d’un grand intérêt à nos yeux ; ce qui le sera de votre côté après avoir lu ces quelques lignes sur cette création identité togolaise. Comme nous ne cessons de le clamer haut et fort, ici, nous sommes là pour apprendre quelque chose de nouveau, pour découvrir et pour porter des ratures sur des informations, actualités ou vestiges du temps.

Si vous êtes africains, ou du moins issu d’un pays de l’Afrique francophone et vous êtes titulaire de la ligue d’avant les 2000, vous avez alors une fois de votre vie entendu parler du MAKOSSA. Lorsqu’on voit ce mot, on pense automatiquement à une musique attribuée automatiquement au défunt Manu Dibango ou dans un sens plus large au Cameroun. Si l’on vous choquait avec l’assertion selon laquelle le Makossa serait la création d’un Togolais ? Oui vous n’hallucinez pas, le MAKOSSA que vous connaissez aujourd’hui est une invention togolaise et doit sa création à GERARD AKUESON connut comme le premier producteur africain en France.

Même Wikipédia mentionne le MAKOSSA comme étant une musique camerounaise. Appropriation culturelle ou négligence de la part de son créateur ? Aucune source ne cite sur internet Gérard AKUESON nulle part comme étant propriétaire de ce genre devenu populaire dans les années 70.

Que savons-nous concrètement?

GERARD AKUESON ET LE MAKOSSA, QUEL EST LE RAPPORT ?

En 1960, AKUESON était déjà en France et de la difficulté de pouvoir produire des sons avec de la percussion africaine dès la création de son groupe Los Makueson, germe l’idée de créer sa maison de production AKUE éditions.

je revendique le MAKOSSA, j’étais le seul togolais accompagné par des musiciens camerounais. J’ai créé et enregistré deux EP.

Gérard AKUESON

HISTORIQUE DE LA GENESE DU MAKOSSA

Il faut noter que GERARD AKUESON qui est diplômé en art dramatique débuta sa carrière en France et en association avec des camerounais du nom de Roger manga le bassiste, Willy pape le soliste et du percussionniste sénégalais Isaac N’baye. Ils créent le groupe Balubas qui est devenu « Los Makuesson ». Le groupe qui recherchait une originalité pour leur musique s’est inspiré de deux rythmiques, l’une venue d’Est Afrique et l’autre de l’ouest Afrique entre le Togo et le Ghana. Ils ont baptisé cette musique MAKOSSA fusion des noms Manga du bassiste et Akuesson.

J’ai créé et enregistré deux EP les titres chantons, dansons le MAKOSSA. Derrière la pochette vinyle, Quand j’ai créé le MAKOSSA j’ai fait une tournée en côte d’ivoire, au Togo une tournée qui a fait beaucoup de bruits…le makossa a plusieurs branches et le soul makossa de dibango est une déclinaison.

Gérard AKUESON

L’histoire oublie AKUESON quand en 1970, cette musique fut relancée par des musiciens camerounais à l’instar de Toto Guillaume, Ekambi Brillant et le grand musicien Manu Dibango qui en fit une version soul qui conquit l’Afrique, l’Europe et les USA. Cette popularité du genre tend à attribuer la paternité aux camerounais en oubliant le véritable chef d’orchestre derrière qui n’est autre que Gérard. 

PS : Le vocable MAKOSSA n’existe fondamentalement pas dans le lexique camerounais.

Laisser un commentaire